close
Dossiers du moisSanté naturelle

Préservez la santé de vos articulations !

genou

Comptant environ 400 articulations, le corps humain est une machine mobile et souple. Les articulations sont des structures complexes, composées d’os, de muscles, de ligaments, de tendons et d’autres tissus (cartilage, membrane et liquide synovial…), et qui permettent le mouvement. Les troubles articulaires peuvent avoir de nombreuses causes :

L’âge : dès 35 ans, les articulations subissent les conséquences du vieillissement, comme la perte de collagène qui affecte tous les tissus conjonctifs. Le remodelage osseux devient déséquilibré, la perte osseuse dépassant la formation osseuse, ce qui rend les os plus fragiles. La qualité du cartilage diminue, il s’amincit et se fragilise. Le vieillissement entraîne également une perte progressive de la masse musculaire qui peut affecter l’équilibre, la démarche et la mobilité globale.

Les lésions : les articulations peuvent être aussi le siège de lésions (fracture, fragilisation osseuse par un traitement, ostéoporose…) qui altèreront le fonctionnement de l’articulation. Des traumatismes répétés (contraintes articulaires), l’âge, le sport intensif ou le surpoids sont aussi des facteurs d’usure du cartilage qui mènent généralement à des pathologies comme l’arthrose. De plus, les lésions ligamenteuses (distension, rupture, entorse…) font partie des troubles articulaires les plus fréquents.

Le terrain inflammatoire : l’inflammation de la membrane synoviale peut également être la cause de troubles articulaires. L’articulation devient gonflée, rouge, chaude et douloureuse. On retrouve ici des pathologies telles que l’arthrite ou les rhumatismes inflammatoires chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde. Certains tendons sont aussi prédisposés à l’inflammation (tendinites), comme ceux de l’épaule, du talon ou à proximité de la hanche.

D’autres facteurs peuvent engendrer des troubles articulaires : dérèglement hormonal, sédentarité, prise prolongée de corticoïdes, prédisposition en cas de maladies métaboliques (diabète, hémochromatose) ou inflammatoires (goutte, lupus), maladies infectieuses ou auto-immunes, carence en vitamine D… Les solutions consistent aujourd’hui à agir sur les symptômes en traitant les douleurs, en réduisant l’inflammation et en améliorant la mobilité articulaire.

Toutefois, d’autres techniques complémentaires peuvent être mises en place en parallèle :

La médecine douce : par exemple, par le biais d’un apport de chaleur (bouillotte, patchs chauffants, compresses), la pratique de massages, la réflexologie, les cures thermales spécialisées…

Les techniques hygiéno-diététiques : souffrir de troubles articulaires n’oblige pas à cesser toute activité sportive. Au contraire, la pratique d’activité physique adaptée est vivement conseillée pour maintenir la mobilité régulière de l’articulation tout en renforçant la masse musculaire nécessaire au soutien articulaire. Le yoga ou le qi gong sont des activités à privilégier. Une alimentation saine, riche en fruits et légumes, en macronutriments et antioxydants est également importante. Il est conseillé de se tourner vers des aliments anti-inflammatoires comme le curcuma et les oméga-3 que l’on retrouve dans les noix, les amandes et les petits poissons gras (maquereaux, sardines, hareng…).

La phytothérapie : la boswellia serrata est une plante principalement utilisée comme antiarthritique, anti-rhumatismale et comme agent anti-inflammatoire naturel. Elle améliore la souplesse articulaire, diminue le gonflement lié à l’inflammation et réduit la douleur¹. Contrairement aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), la boswellia serrata ne provoque pas d’effets secondaires (irritations, ulcération de l’estomac…)².

Le collagène marin : Les peptides de collagène bioactifs sont des petites chaînes d’acides aminés obtenus par hydrolyse enzymatique du collagène de type 1, autrement dit celui trouvé dans les os et la peau. Les peptides de collagène sont facilement digestibles et hautement biodisponibles. Un apport externe permet de stimuler la synthèse naturelle de l’organisme en collagène et de ralentir sa destruction. Hautement biodisponible, il permet également d’accroître la résistance des tissus et d’assurer souplesse, fermeté et tonicité à l’épiderme.

Le méthyl-Sulfonyl-Méthane (MSM) : il représente une source stable et naturelle de soufre organique. Il joue un rôle prépondérant dans la santé des tissus conjonctifs et dans l’élasticité du cartilage. C’est également un neutralisateur de radicaux libres très puissant, nécessaire pour la formation et la restauration de la matrice cellulaire du cartilage.

La chondroïtine sulfate : elle contribue à la formation et à l’entretien du tissu cartilagineux. Elle assure la rétention d’eau dans le cartilage ce qui lui confère sa solidité et son élasticité. Elle ralentit le processus de dégénérescence des tissus articulaires et soulage les douleurs liées à l’arthrose³.

La N-acéyl-Glucosamine (NAG) : il s’agit d’un monosaccharide, précurseur direct de l’acide hyaluronique (composant du liquide synovial). Des études ont montré que la NAG pouvait accélérer le processus de cicatrisation des lésions du cartilage, permettre une meilleure lubrification de l’articulation⁴. Ainsi elle réduit la douleur, augmente la mobilité et réduit le gonflement⁵. Efficace dès 500 mg/jour, la NAG présente une efficacité clinique bien supérieure à celle de la glucosamine, de l’acide hyaluronique, ou encore de l’acide glucuronique. Par ailleurs, la NAG a une biodisponibilité 3 à 4 fois supérieure que celle de la glucosamine.

Demandez conseil à votre praticien si vous souhaitez plus de renseignements sur notre produit de Santé Naturelle Cartiregen®.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien de santé naturelle.

Références :
1. Muhammed Majeed et al. Effect of Boswellin® Super on knee pain in japanese adults : a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. European Journal of Biomedical and Pharmaceutical sciences. Ejbps, 2016, Volume 3, Issue 10, 293-298.
2. Carolina Talhari et al. COX-2–selective inhibitor valdecoxib induces severe allergic skin reactions. Department of dermatology, Heinrich- Heine-University, Moorenstr 5, D-40225 Düsseldorf, Germany.
3. Uebelhart D et al. Intermittent treatment of knee osteoarthritis with oral chondroitin sulfate : a one-year, randomized, double-blind, multicenter study versus placebo. Osteoarthritis Cartilage. 2004 Apr ;12(4):269-76.
4. Shikhman et al., 2001.
5. Kajimoto et al., 2003.