close
epaule

Pourquoi l’écriture de cet ouvrage ?

J’ai été diagnostiquée ostéoporotique il y a quelques années et à travers ce livre je partage les solutions naturelles que j’ai mises en place en tant que naturopathe pour faire face à cette maladie.

À l’âge de 46 ans, j’ai fait une mauvaise chute dans un escalier et je me suis cassé le bassin. Cet accident m’a amenée à faire pratiquer une ostéodensitométrie osseuse, examen qui a révélé chez moi une ostéoporose dite sévère.

Cette chute a complètement bouleversé ma vie car elle m’a permis de prendre conscience que je n’étais pas, jusqu’alors, sur le chemin de vie qui me convenait.

En effet, suite à cette chute, je suis restée immobilisée dans mon lit pendant de longues semaines. La cassure étant une cassure nette, il n’y avait rien d’autre à observer qu’une immobilité totale le temps que la consolidation osseuse s’opère.

J’ai donc utilisé tout ce temps d’immobilisation forcée, temps qui me faisait auparavant cruellement défaut, pour faire le point sur ma vie et très vite j’ai été amenée à conscientiser que ma vie professionnelle ne me convenait plus du tout.

Clouée sur mon lit, j’ai procédé à de nombreuses recherches sur le Net pour arriver à la découverte de la naturopathie. Je n’ai pas beaucoup réfléchi pour savoir que j’avais trouvé la voie professionnelle parfaitement en accord avec l’adulte de 46 ans que j’étais devenue.

La naturopathie consiste à revenir au plus proche de sa vraie nature en utilisant des techniques naturelles et relevant du bon sens. Quant à la pratique de la naturopathie, c’est savoir prendre soin de soi pour pouvoir accompagner toute personne en quête de mieux-être en lui proposant des pistes naturelles pour une meilleure hygiène de vie globale.

Dès que j’ai pu de nouveau marcher, ce qui n’a pas été simple et je m’en explique dans mon livre, j’ai procédé aux démarches administratives nécessaires pour la mise en place, avec l’accord de mon employeur, d’une rupture conventionnelle.

Les évènements se sont ensuite très vite enchaînés puisque très peu de mois après, j’intégrais une école de naturopathie lyonnaise pour suivre une formation intensive de praticien de naturopathie.

C’est au cours de cette formation et au vu de ce que j’apprenais que j’ai petit à petit pris conscience que ma chute dans les escaliers n’était peut-être pas l’unique cause de ma cassure.

Je suspectais chez moi une fragilité osseuse. Je manifestais en effet à l’époque beaucoup de symptômes pouvant signer un terrain acidifié et donc laisser présager une déminéralisation osseuse pouvant conduire à de l’ostéoporose.

L’ostéodensitométrie osseuse à laquelle je me suis très vite soumise a confirmé mes doutes, je souffrais bien d’une ostéoporose avancée.

Après avoir consulté des rhumatologues, j’ai préféré ne pas mettre en place les lourds traitements allopathiques qui m’étaient vivement conseillés malgré le soi-disant risque de très vite être victime d’une nouvelle fracture invalidante.

À l’issue de ma formation de naturopathe, j’ai ouvert mon cabinet de naturopathie et j’ai parallèlement approfondi mes recherches sur les solutions naturelles pour m’aider à stabiliser voire à améliorer mon terrain.

À travers mon livre, je partage à mes lecteurs les causes que j’ai identifiées et qui peuvent conduire à un terrain ostéoporotique et j’explique comment progressivement j’ai mis en place une nouvelle hygiène de vie globale qui me convient tout à fait. En effet, 8 ans sont passés depuis et cette nouvelle hygiène de vie semble totalement me réussir car ma fracture du bassin reste ma seule et unique fracture et je ne souffre d’aucune douleur ostéo-articulaire.

Comment s’organise ma nouvelle hygiène de vie ?

La nouvelle hygiène de vie que j’ai mise en place s’appuie sur les 3 piliers fondamentaux de la naturopathie à savoir l’hygiène alimentaire, l’hygiène psycho-émotionnelle et l’hygiène physique.

Il s’agit d’une approche holistique, donc si l’un de ces 3 piliers dysfonctionne, cela impacte les 2 autres.

L’hygiène alimentaire que j’applique n’est pas du tout un régime car il n’y a aucune notion de restriction quantitative lorsque l’on consomme des aliments physiologiquement adaptés à la nature humaine.

C’est ainsi que j’organise mon assiette autour des végétaux c’est-à-dire autour des légumes, qu’ils soient crus et/ou cuits à la vapeur douce.

Les légumes ont un capital minéral et vitaminique important dont a tout particulièrement besoin la personne ostéoporotique.

Par exemple, le calcium, minéral le plus abondant dans le corps humain et dont est carencée la personne ostéoporotique est fourni notamment sous sa forme la plus biodisponible par la famille des crucifères.

Autre exemple, le magnésium, minéral bien connu pour son rôle favorable sur le système nerveux, est également indispensable au bon fonctionnement du système ostéo-articulaire. Le magnésium travaille en partenariat avec le calcium. En consommant des légumineuses, des légumes verts, des avocats et des fruits oléagineux, on alimente ses réserves magnésiques.

Quant à la vitamine C qui intervient dans de nombreuses fonctions métaboliques, celle-ci a une puissante action antioxydante et donc elle participe au maintien des réserves minérales en neutralisant les radicaux libres.

Ces 3 exemples sont des exemples significatifs et dans mon livre, chaque minéral et chaque vitamine indispensable au maintien d’une bonne ossature fait l’objet d’un focus.

Visuellement parlant, l’assiette est donc majoritairement composée de légumes. Lorsqu’on est végétarien ou végétalien, l’accompagnement des légumes au sein de l’assiette peut se faire sous forme de céréales et/ou de légumineuses. L’omnivore peut quant à lui opter également pour un tel accompagnement qu’il alterne avec des aliments provenant du règne animal en privilégiant les viandes blanches de volaille, les œufs, les poissons gras et de temps en temps de la viande rouge de qualité.

Les légumes, outre leur capacité à apporter des vitamines et des minéraux, sont des aliments basifiants. Ils tamponnent ainsi l’acidité plus ou moins grande des autres aliments qui composent l’assiette. C’est là qu’intervient la notion d’équilibre acido-basique.

L’équilibre acido-basique est une notion fondamentale en naturopathie. De façon très simplifiée, il y a des fluides acides et des fluides basiques qui traversent notre organisme et notre santé dépend d’un équilibre entre ces deux fluides.

Lorsque cet équilibre est rompu en faveur des fluides acides, la santé s’éloigne. La vie que j’avais menée jusqu’à ma fracture du bassin m’avait petit à petit mais sûrement conduite à m’écarter de plus en plus de l’équilibre acido-basique. Pour favoriser l’équilibre acido-basique, l’hygiène alimentaire dans laquelle les légumes sont bien présents est donc indispensable.

Parallèlement, les micronutriments apportés par le contenu de l’assiette sont absorbés au niveau intestinal puis métabolisés au niveau hépatique pour enfin être assimilés par les cellules.

Pour ce faire, il convient de veiller à maintenir une bonne santé intestinale et hépatique. Lorsqu’il y a des troubles intestinaux et/ou hépatiques, on s’attachera en premier lieu à optimiser la santé intestinale.

D’autres facteurs favorisent aussi l’éloignement de l’équilibre acido-basique

Ainsi, l’hygiène psycho-émotionnelle, 2ème pilier de la naturopathie, entre elle aussi en ligne de cause. En étant constamment submergé par des émotions négatives, l’organisme réagit, physiologiquement parlant, par une fuite minérale au niveau urinaire et notamment une forte élimination magnésique. Pour ma part, mon baromètre émotionnel était particulièrement dépendant de mon environnement et j’ai appris à accueillir mes émotions au lieu d’essayer de mettre un couvercle dessus.

En acceptant les émotions négatives, en les accueillant, elles perdent beaucoup de leur pouvoir et ne laissent pas ou très peu de résidus acidifiants. Pour cela, différentes techniques respiratoires existent. à chacun d’expérimenter celle qui lui convient le mieux. La respiration, lorsqu’elle est consciente, permet de reprendre les commandes et de ne pas se laisser diriger par les émotions polluantes.

Enfin, il convient de veiller à son hygiène physique, 3ème pilier de la naturopathie. L’exercice physique adapté occupe une place primordiale pour conserver voire recouvrer la santé ; toute notre physiologie étant subordonnée aux mouvements.

Il convient avant tout de s’orienter vers une activité physique qui procure du plaisir et qui reste compatible avec ses propres capacités. En outre, ce qui est tout particulièrement bénéfique à l’organisme c’est avant tout la régularité de la pratique physique. Il vaut mieux pratiquer de façon régulière une activité physique de son choix plutôt que de faire du sport de façon intense et occasionnelle.

Chez le sujet ostéoporotique, l’activité physique recommandée est celle qui nécessite des contraintes mécaniques. Les contraintes mécaniques renforcent les os en sollicitant les ostéoblastes, cellules qui construisent l’os. à titre d’exemples, il est possible de citer la marche rapide, monter et descendre les escaliers, les steps et les squats.

Il est également possible, comme je l’explique dans mon livre, de mettre en place chez soi des exercices physiques adaptés pour apprendre à redresser sa posture et renforcer la sangle abdominale de façon à ce qu’elle soit plus forte pour soutenir la colonne vertébrale.

La complémentation alimentaire favorable au sujet ostéoporotique

Avant d’envisager de combler les carences dont souffre le sujet ostéoporotique, il convient de s’assurer que l’absorption intestinale se fait correctement. En effet, aujourd’hui, de nombreuses personnes souffrent de troubles intestinaux des plus bénins aux plus graves et si la santé de nos intestins ne permet pas une bonne absorption des micronutriments, la complémentation alimentaire risque d’être inefficace.

L’absorption intestinale étant optimisée, parmi les incontournables de la complémentation alimentaire figurent le calcium, le magnésium, les vitamines D3, K2, B et C et les Oméga-3. Mais on peut également citer les produits de la ruche, la silice, l’algue klamath, les plantes adaptogènes ainsi que toutes les synergies de compléments alimentaires proposés par les laboratoires sérieux.

Comment agir en prévention face à l’ostéoporose ?

Le plus tôt possible et idéalement dès l’enfance en allant vers une assiette riche en bons micronutriments.

Bien souvent, la personne et la femme en particulier se voient diagnostiquer un stade d’ostéopénie ou d’ostéoporose à la ménopause car l’arrêt de la sécrétion d’œstrogènes par les ovaires favorise encore la résorption osseuse. Mais ceci n’est pas un

e fatalité, si on agit bien avant la ménopause de façon à renforcer son capital osseux, ménopause ne rime pas forcément avec ostéoporose.

Mes conseils aux lecteurs.

Que l’on soit atteint d’ostéoporose ou que l’on souhaite agir à titre préventif pour éloigner l’ostéoporose, adopter une hygiène de vie adaptée à la physiologie humaine améliore le terrain dans sa globalité et sur un terrain qui va mieux, les troubles dont on souffre s’améliorent.

Respecter la physiologie humaine, c’est avant tout veiller à adopter une alimentation riche en végétaux, à avoir des éliminations suffisantes, à respecter les rythmes biologiques que sont la veille et le sommeil, à oser choisir un mode de vie adapté à ses attentes pour ne pas se laisser submerger par des émotions polluantes, à s’oxygéner en étant aussi souvent que possible au contact de la nature et en adoptant une activité physique régulière.

Véronique GERONUTTI

Naturopathe
Miribel (01) – 06 50 14 01 13
www.naturopathe-geronutti.fr

 

L’ostéoporose et moi, naturopathe

Témoignage et conseils naturels
Véronique GERONUTTI – Éditions Amyris
146 pages – 20 €


Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /var/www/blog_bis/htdocs/wp-includes/class.wp-scripts.php on line 492