close
InterviewsSanté naturelle

Interview Dr Olivier Soulier : La symbolique des métaux lourds

Couv Revue 68

Olivier Soulier est Médecin homéopathe, acupuncteur, conférencier international, écrivain et chercheur.

Depuis 25 ans, Olivier Soulier est à l’origine du mouvement sur la compréhension du sens des maladies et des événements de notre existence. Depuis, il ne cesse de développer cette analyse dans une vision symbolique plus large, qu’il applique à des domaines variés comme les microbes, les hormones, l’embryologie, les dents, les désirs alimentaires, les maladies et de tout ce qui fait le quotidien de notre vie.

Jade Perraud : Dr Olivier Soulier, pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ? Et nous parler de votre parcours ?

Dr Olivier Soulier : Je suis un médecin qui cherche à comprendre le sens des maladies et derrière, les mécanismes intimes de la vie, afin de pouvoir mieux accompagner mes patients dans leur chemin de guérison.

Quand j’ai commencé la médecine, j’ai rencontré beaucoup de technique et aussi souvent beaucoup de compétences à ce niveau. Il faut dire que nous étions à l’heure de la médecine glorieuse et triomphante qui allait faire disparaître les maladies de cette planète et peut-être même la mort. Mais j’y ai parfois trouvé l’humanité qui était plus une qualité individuelle qu’un véritable critère. Je n’ai surtout pas retrouvé le sens de la vie, de la mort, de la maladie et de la guérison. C’est pourtant pour les médecins notre travail quotidien.

L’homéopathie et l’acupuncture m’ont apporté de véritables voies de compréhension et j’ai souhaité apporter ma pierre en allant plus avant dans la compréhension du sens et des symboles des maladies. J’ai développé tout cela à travers 40 années dans la médecine. C’est cela que je souhaite aujourd’hui partager.

Jade Perraud : En tant que médecin, qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à l’étude du psychisme et à son impact sur les maladies ?

Dr Olivier Soulier : C’est d’abord l’expérience qui m’a amené à constater le rôle prédominant de la psychologie dans le déclenchement et le processus des maladies. Ne pas aborder ce point-là c’est conduire une voiture les yeux bandés. Cela surprendra certains, ça en intéressera beaucoup d’autres, mais à l’instant où vous rentrez dans cette vision tout devient plus simple et tout tombe plus juste. De nombreuses pathologies complètement incompréhensibles deviennent évidentes. Certes comprendre n’est pas tout mais c’est déjà beaucoup et cela permet d’utiliser consciemment et dans un objectif compris l’ensemble des thérapeutiques disponibles sans en refuser aucune.

Jade Perraud : Vous travaillez beaucoup sur la symbolique et les causes psychologiques des maladies. Pouvez-vous nous expliquer?

Dr Olivier Soulier : Le symbole est un outil de compréhension qui nous permet par des aspects extérieurs de comprendre ce qui se vit réellement à l’intérieur – c’est un pont entre ce que nous voyons et ce que nous allons découvrir. Les symboles existent depuis la nuit des temps et sont d’une rare fiabilité.

Le « symptôme » si l’on comprend sous l’angle du symbole parle du « Saint homme » qui en nous, cherche à se manifester. « Ce qui ne peut danser au bord des lèvres, s’en va hurler au fond de l’âme. », souligne le poète Christian Bobin. Les symboles permettent aux hommes depuis la nuit des temps d’aborder les parts les plus profondes d’eux-mêmes. Ils ont ceci de particulier qu’ils ne se révèlent à nous qu’au fur et à mesure que nous sommes capables de les reconnaître. Laissant à chacun le temps de se découvrir.

Jade Perraud : On entend de plus en plus parler de pollution aux métaux lourds. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur les métaux lourds ?

Dr Olivier Soulier : On entend de plus en plus parler de pollution de manière générale : métaux lourds, pesticides, perturbateurs endocriniens, plus de 100 000 nouvelles molécules créées en 60 ans. L’ensemble des toxiques sont à éviter et dangereux dans tous les cas.

Les métaux lourds ont ceci de particulier que nous pouvons les voir de 2 manières. D’un côté ils sont bien évidemment toxiques pour la plupart et nous devons les éviter et les éliminer mais d’un autre côté ces toxiques sont aussi des adversaires, je veux dire celui qui est sur l’autre versant et en vous confrontant tente de vous faire grandir.

La première chose à comprendre c’est qu’à l’inverse des molécules chimiques artificielles qui sont dangereuses parce qu’elles ne respectent pas les codes de la vie, l’ensemble des métaux sont naturels, ils sont comme nous issus du même big bang et nous les avons presque tous naturellement à l’intérieur de nous-même à des doses extrêmement faibles. Ils ont presque tous des fonctions même si nous en ignorons beaucoup ; pour les métaux lourds, c’est leur dose qui les rend dangereux.

Ils sont comme les microbes à l’intérieur de notre tube digestif, la plupart sont là pour nous aider à digérer, à absorber, etc. Ce sont les minéraux classiques (sodium, carbone, azote, calcium, phosphore, souffre etc.). D’autres sont là à dose plus faible, on les appelle les oligoéléments. Les métaux lourds au sens où on l’entend classiquement sont comme ces bactéries dangereuses qui sommeillent dans un coin de notre intestin de façon physiologique et qui ne se réveilleront que si les conditions les amènent à se manifester. En clair, il y a le métal lourd et la place pour le mettre.

Quand nous testons in vitro sur des globules blancs de différentes personnes : en les trempant dans une solution de métaux lourds, nous réalisons que toutes les personnes n’absorbent pas dans des conditions pourtant identiques la même quantité de métaux lourds.

Qu’est-ce qui donc fait que j’attire plus tel ou tel métal lourd qui pourtant m’est toxique ? On pourrait s’intéresser aussi par analogie pourquoi je surconsomme du café, du tabac, de l’alcool, des somnifères, des anxiolytiques ou des stupéfiants. Qu’est-ce que je tente de soigner de cette manière-là ? Et qu’est-ce que je tente de soigner en moi en absorbant particulièrement certains métaux lourds ?

Un enfant ou un adulte n’est sensible aux sirènes des dealers qu’au prorata de ses fragilités. Un petit exemple humoristique, « si vous n’avez pas assez de plomb dans la cervelle vous aurez peut-être un jour du plomb dans l’aile ».

Jade Perraud : Comment peut-on éviter d’absorber ces métaux lourds ? Et comment peut-on les éliminer ?

Dr Olivier Soulier : Une fois compris ce que je viens d’expliquer, il est clair que mettre un enfant fragile en présence de dealer n’est pas une bonne idée même si certains captent plus vite les métaux lourds, au-delà d’un certain taux extérieur vous risquez tout de même d’être tous intoxiqués.

Le vrai point préventif c’est la clarté psychique, elle s’accompagne souvent d’une clarté intestinale et d’une bonne flore intestinale.

Et c’est d’ailleurs cette flore intestinale de qualité, témoin de notre bonne santé psychique, qui est le premier protecteur anti absorption de métaux lourds – elle bloque plus de 90 % des métaux lourds ingérés. Elle s’entretient par de bonnes pensées, par une bonne diététique, par l’absence d’antibiotique et par la conservation de ses sanctuaires que sont les amygdales et l’appendice.

Une fois les métaux lourds absorbés il devient beaucoup plus difficile de les éliminer d’où l’intérêt de s’en prémunir en évitant d’en absorber trop dans notre alimentation et notre environnement. Leur élimination passe par la détoxification qui est toujours très difficile – les détox légères type chlorella, desmodium, spiruline sont très positives et bien tolérées mais relativement peu efficaces sur les grosses accumulations de métaux lourds. C’est pourtant dans ces situations qui correspondent à des maladies graves, dégénératives que nous aurions vraiment besoin de les éliminer.

Les chélations sont des techniques beaucoup plus dures, difficiles à manier avec souvent beaucoup de réactions parfois efficaces mais pas toujours, loin de là. Elles ont la finesse « qu’aurait un char d’assaut pour s’attaquer à des terroristes en pleine ville » mais certaine fois le résultat peut être spectaculaire. Il faut comprendre qu’elles représentent une véritable déstabilisation, destruction d’un état fut-il pathologique, on évoque aussi la perturbation des minéraux utiles dans le flux d’élimination pour expliquer leurs effets secondaires.

Symboliquement, il faut comprendre que votre organisme est habitué à fonctionner avec ces éléments pervers de la même manière que vous pouvez dépendre du sucre, de l’alcool et de la cigarette et que le sevrage est souvent douloureux, aussi difficile que l’est parfois de couper certains cordons ombilicaux pervers. Des métaux lourds je dirais que dans votre difficulté « le mal fait ce que le bien ne peut faire ».

Jade Perraud : Vous faites un lien entre l’intoxication aux métaux lourds et l’étude de psychisme. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Dr Olivier Soulier : A chaque métal lourd correspond un certain type de schéma psychique. Par exemple, Mercure et le commerce, le cadmium et la convention sociale, l’argent et la problématique de la reconnaissance. J’ai développé tout cela en détail dans la conférence que j’ai donné à Montpellier en novembre 2016 et qui est disponible en DVD (Médecine du sens aux Éditions Sens & Symboles).

Jade Perraud : Qu’est-ce que la symbolique des métaux lourds ? Avez-vous des exemples ? Existe-t-il un lien entre le métal et l’inconscient ?

Dr Olivier Soulier : Je dirais que les métaux lourds sont en lien avec nos noyaux psychotiques. J’entends par là non pas des folies manifestées mais ces noyaux d’émotion issus de notre histoire et qui n’ont jamais vraiment trouvé de solution et sont autant de liens qui nous bloquent et autant de pierres que nous tentons désespérément de contourner à défaut de savoir les dépasser. Cela coûte au sujet une énergie considérable que d’éviter ce qui lui est difficile. D’où le recours parfois à des éléments lourds existants dans la nature et je l’ai dit le « mal fait ce que le bien ne peut faire ».

Jade Perraud : Toujours concernant les métaux lourds, peut-on parler de risque de transmission transgénérationnelle ?

Dr Olivier Soulier : Rien ne se transmet plus facilement d’une génération à l’autre que les peurs et les noyaux psychotiques – un parent anxieux a plus de chance d’avoir des enfants anxieux. Ce qui se transmet ainsi déjà c’est l’avidité et la vulnérabilité aux métaux lourds – cela peut aussi se renforcer par une transmission directe les toxiques se stockant dans les graisses qui sont largement sollicitées pour nourrir l’enfant pendant la grossesse et l’allaitement.

Nous connaissons l’histoire des premiers nés des dauphins qui meurent par les doses de mercure transmises par leur maman. C’est terrible à dire mais la mère automatiquement se décharge à chaque grossesse d’une part de ses toxiques sur l’enfant qu’elle porte. Je veux dire à ce niveau que, s’il peut être intéressant de faire de la détox avant la grossesse, il faut à tout prix éviter la détox pendant la grossesse et l’allaitement ce qui augmenterait la transmission au bébé.

Jade Perraud : Pour conclure, pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’épidémie d’autisme dans notre civilisation ?

Dr Olivier Soulier : L’autisme exceptionnel et découvert dans les années 1940, touchait un enfant sur 15 000 en 1970, touche aujourd’hui un enfant sur 50 et nous acheminons tranquillement à cette vitesse-là à un enfant sur 2 dans quelques dizaines d’année. Autant dire avec un peu d’humour noir que nous n’avons plus à nous préoccuper du réchauffement planétaire puisque nous serons tous morts avant. L’autisme est une encéphalopathie toxique, métaux lourds, pesticides, perturbateurs endocriniens, abus des antibiotiques et des vaccins.

Allez dire que l’autisme est uniquement génétique est non seulement faux mais presque criminel parce qu’il nous détourne des vrais problèmes et des vraies solutions. A tout parent confronté à l’autisme je dis dès que vous pensez à cette possibilité commencez au plus vite des traitements de détoxification. Il faut comprendre que c’est le même processus d’intoxication qui donne l’autisme chez les petits, le TDAH chez les enfants et les maladies chroniques ensuite et la chute catastrophique du QI moyen de la population.

Nous avons organisé en janvier 2016 un congrès « Sortir de l’autisme » disponible en DVD pour mettre à la portée de chacun la compréhension des causes et les possibilités de solution. L’autisme est l’ultime défi posé à l’humanité.

Vous pouvez découvrir les livres et DVD du Dr Olivier Soulier et les stages qu’il donne sur le site : www.lessymboles.com et vous y inscrire gratuitement à « La lettre de la médecine du sens » que vous recevrez toutes les semaines.

www.congressortirdelautisme.com

www.facebook.com/lessymboles

Pour toute information :
Sens et Symboles
140 bis, rue de Rennes – 75006 Paris
contact@lessymboles.com

Congrès sortir de l’autisme Olivier Soulier – Éditions Sens & Symboles

Fin janvier 2016, s’est tenu à Paris le premier congrès Sortir de l’Autisme à l’initiative de Senta Depuydt, journaliste, mère d’un enfant guéri de l’autisme, et du Dr Olivier Soulier. A cet évènement participaient des spécialistes mondiaux comme le Pr Luc Montagnier, le Dr Natasha Campbell- Mc Bride, Dr Martha Herbert et nombre de conférenciers de qualité : le Pr Jacques Estienne, les Drs Philippe Raymond, Maria Jesus Clavera, Silvia Reig, Françoise Berthoud, Corinne Skorupka, Joël Spiroux de Vendômois et Didier Grandgeorge. Le congrès Sortir de l’Autisme a tourné définitivement la page de la cause psychologique et de la culpabilisation des parents, pour nous expliquer que l’autisme est une maladie toxique, générée par notre société, et qui met en danger les générations futures, voire la survie de l’humanité. Les troubles de comportements de l’enfant sont liés à une intoxication multiple par les pesticides, toutes les nouvelles molécules chimiques, les métaux lourds et le véritable brouillard d’ondes dans lequel nous vivons, sans oublier les hormones et les vaccinations. (Coffret 5 DVD – 55,00 €)

La symbolique des métaux lourds Olivier Soulier – Éditions Sens & Symboles

Les métaux lourds sont des éléments essentiels du fonctionnement des minéraux nous permettant d’affronter des expériences de notre existence. Il existe des métaux et minéraux de base qui constituent notre structure (calcium, sodium, potassium, silice, etc.). Ils représentent notre phase positive. D’autres métaux nous confrontent à notre ombre et aux difficultés de l’existence. Ils existent à faible dose dans notre environnement, et ils peuvent nous intoxiquer. Nous nous confrontons à des difficultés extérieures (arsenic, cadmium, mercure). Ils viennent paralyser notre fonctionnement. Leur détoxification est toujours bénéfique mais parfois douloureuse. Ils représentent la confrontation de nos noyaux psychotiques, les tentations immondes de notre existence. Il est important de comprendre que certaines personnes sont plus intoxiquées par certains métaux et ce qui traduit leurs problématiques inconscientes. Nous essayerons d’aborder ainsi la Symbolique des métaux lourds. (DVD – 23,00 €)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /var/www/blog_bis/htdocs/wp-includes/class.wp-scripts.php on line 492