close
Santé naturelle

Cellules-souches Clash entre VIE et MORT

adn-174

L’amorce du sentiment amoureux émit par nos émotions s’apparente à une inflammation : ne dit-on pas à ce propos : « déclarer sa flamme »… !

Or, nous savons aujourd’hui que notre vie cellulaire est tributaire d’une bonne communication et son vieillissement entraîne deux conséquences physiologiques :

  • Une forme d’inflammation naturelle, généralement bien contrôlée par une activité hormonale (cortisol) anti-inflammatoire homéostasique.
  • Une oxydo-réduction (cycle de Krebs) principe de dégradation des glucides, lipides et protéines pour en extraire l’énergie, source de l’activation de la VIE.

La résultante de ces deux actions vitales encrasse quelque peu nos organes (radicaux libres) à l’instar de la bûche de chêne qui se consume lentement dans un poêle, en créant de la suie dans les tuyaux. Dans un cas il faut ramoner, dans l’autre détoxifier.

Ces fonctions basiques de la vie s’épuisent malgré tout au rythme de la baisse d’énergie, et voilà le vieillissement qui s’installe. Pour les uns c’est le cœur, pour d’autres les cellules nerveuses, ou encore les articulations.

Chacun vit ses propres faiblesses… Bref, il devient donc urgent de réparer, en cela nos cellules-souches nous assistent volontiers. Nous pouvons aussi changer les organes atteints (greffes) ou avoir recours aux différentes prothèses « bioniques », si nous voulons vivre mille ans, comme le propose le Professeur Laurent Alexandre.

Mais que sont donc ces fameuses cellules-souches ?

Elles ont tout d’abord la capacité, tout comme la cellule tumorale, à proliférer indéfiniment. Nos jardiniers ont depuis longtemps repéré les possibilités du marcottage ; c’est-à-dire prélever une branche sur une « plante mère » et reproduire cette dernière en la repiquant.

Ces mêmes jardiniers, lors de la rencontre malheureuse de leur bêche et de la patte d’un triton ou d’une salamandre constatèrent aussi la repousse relativement rapide d’un membre coupé !

Quant au lézard, lorsqu’il se trouve dans une situation où sa vie est en danger, il n’hésite plus à laisser sa queue dans la bagarre, sachant qu’elle se reconstituera.

Les biologistes sont fascinés depuis longtemps, par les pouvoirs de l’HYDRE d’eau douce, à se régénérer. Ce cnidaire (du groupe des coraux, méduses, anémones) était tout d’abord classé dans les végétaux.

Présente dans nos mares, étangs, rivières et peu désirée dans les aquariums, pouvant se reproduire de façon sexuée, mais aussi asexuée par bourgeonnement, cette curieuse bestiole est classée dans le règne animal par le naturaliste Abraham Trembley en 1744. Elle reste aujourd’hui considérée comme quasi immortelle.

La biologie nous apprend que notre corps d’humain lui aussi se régénère et se répare en permanence. Un globule rouge qui naît dans la moelle osseuse vivra 120 jours, autres éléments du sang, les plaquettes, 12 jours seulement. Si l’on s’intéresse aux cellules de la muqueuse intestinale, le renouvellement encore plus rapide est de 3 à 6 jours.

Toutes ces connaissances s’aiguisent, surtout depuis une trentaine d’années avec l’apport de l’équipe de recherche du biologiste Américain James Alexander Thomson. Nous savons que les cellules-souches nous assurent, en quelque sorte notre homéostasie cellulaire, car elles ont conservé leurs aptitudes à se différencier en muscles lisses ou striés, neurones, os, éléments sanguins, etc. Notre corps est donc en permanence, en effervescence !

Il existe deux catégories de cellules-souches :

  1. Celles présentes dans les tissus de l’adulte. Elles assurent le bon fonctionnement, le renouvellement suivant les besoins, mais elles sont très vite épuisées.
  2. Celles qui proviennent de l’embryon à différents stades soit :
  • Les cellules totipotentes, dans les embryons de moins de quatre jours. Elles se différencient en n’importe quelle cellule spécialisée.
  • Les cellules pluripotentes dans les embryons plus avancés (elles sont isolées des trois feuillets ectoderme, mésoderme, endoderme, et ce, suivant les besoins).
  • Les cellules multipotentes qui, en culture de laboratoire peuvent se répliquer (sans anomalie génétique) et se différencier en plus de deux cents types de tissus (exemples d’intérêts : grands brûlés, maladies du sang, neuropathies…).
  • Les cellules unipotentes trouvées chez le fœtus et l’adulte mais orientées vers un seul tissu.

Ajoutons qu’aujourd’hui il est possible en laboratoire et à partir de cellules somatiques de générer des cellules-souches induites (CSPI). Ces dernières ont un potentiel à se différencier en n’importe quel tissu du corps humain. Ici, outre une meilleure éthique que les utilisations fœtales, nous voyons l’intérêt des différents développements possibles en thérapie cellulaire.

Pour clore cet article empreint de beaucoup de physiologie, on ne doit pas oublier qu’à la base et outre les commandes neuro-hormonales et enzymatiques cellulaires, il y a la matière à construire, c’est-à-dire la bonne alimentation, les compléments alimentaires parfaitement étudiés, et toute l’orientation santé qui en découle.

Nous nous sommes fabriqués depuis l’aube des temps avec des molécules de surface terrienne et non avec des molécules issues de la pétrochimie. Certaines algues bleues de par leur très riche constitution (ex : l’Aphanizoménon du lac Klamath en Orégon comporte pas moins de 115 éléments nutritionnels), peuvent booster les enzymes cellulaires.

Notons aussi la Chlorella synergisée associée à la coriande1 pour drainer et détoxifier les cellules lors des imprégnations de métaux lourds (plomb/mercure…).

 

Pour publications voir : Stromalab-inserm.

Les cellules souches, porteuses d’immortalité

Nicole Le Douarin – Éditions Odile Jacob
Comment les cellules souches sont-elles apparues dans l’histoire de la vie ? Pourquoi de nombreuses espèces, notamment l’espèce humaine, ont-elles perdu la capacité d’autorégénération ? Dans le secret de nos organes, une « fontaine de jouvence » renouvelle régulièrement nos tissus tout au long de la vie. Peut-on envisager, à partir des cellules souches, de régénérer des tissus, de restaurer des organes, voire d’en créer de toutes pièces ? Et de faire de ces cellules des armes contre la maladie et le vieillissement ? Nicole Le Douarin présente ici l’état le plus complet et le plus actuel des connaissances sur les cellules souches. Elle nous livre l’étendue des espoirs que l’on peut raisonnablement placer dans une médecine régénérative qui ferait appel aux vertus de ces cellules potentiellement immortelles. La saga des cellules souches a commencé il y a bientôt dix ans. C’est cette aventure que raconte Nicole Le Douarin, en cherchant à dégager ce qu’elle apporte à notre compréhension de la vie, les enjeux éthiques qu’elle soulève, les perspectives thérapeutiques qu’elle ouvre, les nouvelles formes de recherche qu’elle suscite.
(410 pages – 33,90 €)

Retrouvez André Girard sur :
www.naturopathie-en-clair.com (pour ses écrits santé).
www.lecolenergie.centerblog.net/ et/ou sant/’énergie.
Facebook : andre.girard.andre naturopathe Lyon.

Demandez conseil à votre praticien si vous souhaitez plus de renseignements sur notre produit de Santé Naturelle ADN REGEN® NUCLEOTIDES.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien de santé naturelle.