close
Bien-êtreSanté naturelle

La jeune pousse de séquoia : l’alliée de l’homme

La jeune pousse de séquoia : l’alliée de l’homme

De son nom latin Sequoiadendron giganteum, le séquoia géant est un conifère classé dans la famille des Taxodiacées.

Sequoiadendron giganteum est le plus grand arbre du monde en volume. On le nomme également « arbre mammouth » dans plusieurs langues. Le champion des séquoias géants est le « General Sherman » avec un volume de 1 486 m3, une circonférence de 31,3 mètres et une hauteur de 83,8 mètres. Son port est massif, conique, non en pointe mais arrondi, analogue à un phallus dressé.

La découverte de fossiles a permis d’établir que les séquoias géants étaient largement répandus en Europe et en Amérique du Nord pendant le Jurassique et le Crétacé ! Il disparaît d’Europe il y a vingt millions d’années. Et c’est il y a deux millions d’années que le séquoia géant se voit cantonné aux territoires de Californie centrale que nous lui connaissons actuellement.

Le séquoia est à l’homme ce que le framboisier est à la femme. La jeune pousse de séquoia est en parfaite harmonie avec l’homme adulte. Elle est la plante masculine par référence.

Elle est bénéfique à l’homme sur plusieurs niveaux : c’est un tonique qui agit au niveau physique, intellectuel et sexuel.

Considéré comme anti-sénescent masculin, la jeune pousse de séquoia est recommandée lors de l’andropause, elle contribue à un apport de jeunesse et procure une sensation de bien-être. Elle stimule la spermatogenèse et donc la fertilité masculine, tout en agissant sur la fatigue sexuelle. Enfin, son action anti-inflammatoire glandulaire fait qu’elle est conseillée pour décongestionner la prostate et soutenir le confort urinaire.

Demandez conseil à votre praticien si vous souhaitez plus de renseignements sur notre produit de Santé Naturelle Gemmophytol Séquoia.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien de santé naturelle.

Source : « Traité de gemmothérapie La thérapeutique par les bourgeons ». Philippe Andrianne. Ed. Amyris