close
Bien-êtreSanté naturelle

Soleil : attention à votre peau et aux grains de beauté !

SUN-01

Détente, bronzage, baignades… le soleil véhicule beaucoup d’images positives. Pourtant, il se montre redoutable quand on en abuse. Les UV absorbés par la peau peuvent provoquer des cancers cutanés, dont le mélanome. Il est donc impératif de bien protéger sa peau et de la surveiller pour prévenir et dépister un mélanome.

Que sont les rayons UV ?

Le rayonnement ultraviolet (UV) est un rayonnement électromagnétique émis par le soleil ou par une source artificielle, par exemple les cabines de bronzage.

Au soleil, nous sommes exposés à deux types de rayons UV :

  • les UVA, capables de pénétrer profondément dans la peau, sont responsables de son vieillissement ;
  • les UVB, principaux responsables des coups de soleil, sont près de 1 000 fois plus puissants que les rayons UVA.

En France, les rayons UV du soleil sont très forts de début mai jusqu’à fin août. Ils sont particulièrement intenses sous les tropiques.

On parle d’un « indice UV » pour mesurer l’intensité de ce rayonnement : plus il est élevé, plus il est nécessaire de se protéger du soleil et de ne pas y rester trop longtemps, même sous un ciel nuageux ou en cas de brouillard.

Rayons UV et cancers

En atteignant la peau, les doses excessives d’UV agressent les cellules cutanées et peuvent provoquer des dommages irréversibles dans les gènes des cellules exposées.

On sait aujourd’hui que les UVA comme les UVB augmentent le risque de cancers cutanés, en particulier :

  • les carcinomes cutanés, les plus fréquents ; ils ont la forme d’un petit bouton ou d’une croûte blanche. Ils se soignent bien mais peuvent laisser des cicatrices. Ils sont le plus souvent liés à des expositions solaires chroniques au cours de la vie ;
  • les mélanomes cutanés.

Connaître son phototype

Nous ne sommes pas égaux face au soleil : certains types de peau le supportent mieux que d’autres. L’OMS a déterminé une classification qui définit les différents types de peau, ou « phototypes ».

Connaître son phototype permet de mesurer son niveau de risque par rapport au soleil : on en distingue 6, correspondant à 6 types de peaux et couleurs d’yeux et de cheveux. Plus le phototype est faible et plus il faut se préserver du soleil. Il est toutefois recommandé de s’en protéger même avec un phototype élevé, en effet, personne n’est à 100 % à l’abri des cancers de la peau.

  • Phototype I : peau très blanche, cheveux blonds ou roux, yeux bleus/verts – Vous ne bronzez jamais et attrapez très facilement des coups de soleil.
  • Phototype II : peau claire, cheveux blonds, roux ou châtains, yeux verts/marrons – Vous bronzez à peine et attrapez facilement des coups de soleil.
  • Phototype III : peau moyennement claire, cheveux châtains ou bruns, yeux marrons – Vous bronzez progressivement et attrapez occasionnellement des coups de soleil.
  • Phototype IV : peau mate, cheveux bruns/noirs, yeux marrons/noirs – Vous bronzez facilement et attrapez rarement des coups de soleil.
  • Phototype V : peau très mate, cheveux noirs, yeux noirs – Vous bronzez vite et beaucoup, vous attrapez très rarement des coups de soleil.
  • Phototype VI : peau noire, cheveux noirs, yeux noirs – Jamais de coups de soleil.

Le mélanome de la peau : véritable fléau

Un mélanome de la peau est une maladie des cellules de la peau appelées mélanocytes. Il se développe à partir d’une cellule initialement normale qui se transforme et se multiplie de façon anormale pour former une lésion appelée tumeur maligne.

L’Australie, pays très ensoleillé, détient le record mondial du mélanome, qui figure ainsi parmi les cancers les plus fréquents. Le nombre de nouveaux cas y est quatre fois plus élevé qu’au Canada et environ cinq fois plus élevé que dans les pays européens. En France, l’incidence tourne autour de 8 mélanomes pour 100 000 habitants. Il touche un peu plus de femmes (53 %) que d’hommes (47 %) et l’âge moyen au diagnostic est de 56 ans.

Les dermatologues lancent un cri d’alarme et, pour certains, si l’on n’inverse pas la tendance, le mélanome sera la première cause de mortalité chez les moins de 45 ans dans les années 2030-2040.

Pour prévenir et dépister le mélanome : surveiller les grains de beauté

80 % des mélanomes de la peau se développent à partir d’une peau saine, c’est-à-dire une peau ne présentant aucune tache ou lésion. Ils apparaissent sous la forme d’une tâche pigmentée qui ressemble à un grain de beauté. Cette tâche est souvent asymétrique et comporte une bordure irrégulière. Le mélanome évolue et subit des modifications assez rapides dans sa taille, sa forme, ses contours et ses couleurs.

Dans 20 % des cas, ils se développent à partir d’un grain de beauté (aussi appelé nævus) préexistant. Des facteurs génétiques (familiaux) jouent un rôle dans le développement du mélanome.

Elle peut être la conséquence d’une exposition solaire prolongée, précoce ou trop brutale. Les expositions en cabine à bronzer augmentent le risque de mélanome.

Quelques conseils à suivre

En premier lieu, il est indispensable de connaître les facteurs de risques :

  • Le nombre de grains de beauté : plus ils sont nombreux, plus le risque de mélanome est grand.
  • Une peau et des yeux clairs, des cheveux blonds ou roux prédisposent au cancer.
  • Les sujets ayant subi des coups de soleil dans l’enfance.
  • Les sujets ayant eu des cas de mélanome dans leur famille.

Il est impératif de se protéger efficacement contre les UVB et UVA en appliquant une crème solaire protectrice à renouveler toutes les deux heures et après chaque bain.

Éviter de s’exposer au soleil au milieu de la journée, soit entre 12h et 16h en France métropolitaine pendant l’été, car c’est le moment où les rayons solaires sont les plus intenses, donc les plus dangereux, et surtout quand l’astre est à son zénith.

Les enfants sont les personnes qui doivent être les plus protégées. En effet, des études ont démontré que les expositions solaires dans l’enfance interviennent dans l’apparition du mélanome. La protection vestimentaire est celle qui stoppe le mieux les UV : il faut leur couvrir la tête, leur mettre des vêtements sombres, un chapeau à bords assez larges et des lunettes de soleil avec filtre anti-UV (norme CE, catégorie 3 ou 4). Ces conseils valent également pour les adultes, surtout ceux au phototype les plus faibles.

L’apparition d’une lésion suspecte, le plus souvent une tache irrégulière, ou la modification d’un grain de beauté jusqu’alors stable peuvent alerter sur la présence d’un mélanome de la peau. Ainsi, toute modification de la taille d’un grain de beauté ou de ses bords, tout changement de couleur, tout saignement ou sensibilisation anormale sont autant de signes qui doivent immédiatement alerter et faire consulter. Ce type de modifications peut être identifié lors d’un auto-examen de sa peau, un proche ou encore par le dermatologue ou le médecin traitant.

Enfin, il existe un moyen mnémotechnique pour se rappeler des signes d’alerte et aller consulter : ABCDE.

  • A pour Asymétrie. Un grain de beauté qui n’est pas symétrique par rapport aux axes horizontaux et/ou verticaux.
  • B pour Bords. Un grain de beauté dont la bordure est irrégulière.
  • C pour Couleur. Un grain de beauté qui comporte plusieurs couleurs (brun clair, brun foncé, noir, rouge).
  • D pour Diamètre. Un grain de beauté dont la taille excède 6 mm de diamètre.
  • E un grain de beauté qui Évolue. Il faut se méfier d’un nouveau grain de beauté ou d’un grain de beauté ancien qui évolue et se modifie assez rapidement.

Soleil et système immunitaire : il faut penser à renforcer les défenses antioxydantes

Sous l’action des rayons ultraviolets du soleil, les défenses antioxydantes de notre organisme sont rapidement submergées. Un grand nombre de nos cellules se retrouvent alors sans protection face aux agressions oxydantes. Un certain nombre d’études indiquent que des antioxydants sont capables de s’opposer à cet effet. Avant d’aller au soleil, il est donc particulièrement important de préparer notre organisme et de renforcer nos défenses naturelles, notamment, en prenant des suppléments nutritionnels riches en antioxydants.

Demandez conseil à votre praticien si vous souhaitez plus de renseignements sur notre produit de Santé Naturelle Antioxydants au resvératrol.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien de santé naturelle.