close
bact

Elles sont très nombreuses et malheureusement aujourd’hui très souvent oubliées dans les consultations courantes. Les enfants et les personnes âgées restent les plus « parasités ».

Lorsque 70 % de la population vivait à la campagne, proche des animaux et parfois dans un contexte hygiénique douteux, il était courant de se vermifuger deux à trois fois l’an !

Le violet de gentiane (enchantait les enfants qui faisait pipi bleu !) ou la mousse de Corse, dite aussi coralline, mélange de talles d’algues marines, certes un peu plus compliquée à utiliser, étaient des vermifuges toujours présents dans les armoires à pharmacie. Pourquoi ont-ils aujourd’hui disparu ? Big pharma met en avant la toxicité, mais le doute est permis. Les produits chimiques de substitution, plus onéreux, en sont vraisemblablement la cause.

Aujourd’hui, malgré nos connaissances sur le sujet, les voyages intercontinentaux, les animaux familiers, et sans doute certaines importations de denrées qui « échappent » aux rayons gamma radioactifs, ces infestations restent bien présentes. Nous verrons ici, les trois plus fréquentes et les possibilités de traitements naturels.

Les oxyuroses (petits vers blancs ronds, oxyures, infectent tous les animaux).

Les ascaridioses (nématodes – longs vers ronds jusqu’à 20 cm) très présents chez les équidés.

Lambliase ou giardiase (protozoaire donc unicellulaire) infectent chiens et chats et nombreux animaux (notons aussi les vers plats très longs « les cestodes » de type ténia ou hymenolepis, non traités dans cet exposé).

Quels sont les symptômes ?

  • Perte de poids.
  • Diarrhée – constipation.
  • Gonflement – ballonnement – gaz – spasmes abdominaux.
  • Nausée – vomissement – maux de tête.
  • Démangeaison – prurit (anal, nez, oreilles) vulvaire « fille ».
  • Toux nocturne – fatigue – anxiété – insomnie – cauchemars.
  • Irritabilité – convulsions – énurésie – dermatose – tics.
  • Pupille dilatée.
  • Légère poussée de fièvre…

Complications possibles par migration sanguine , et/ou lymphatique :

  • hépatique , pulmonaire, cérébrale, peut affecter l’immunité et le comportement.

Une confirmation du diagnostic est obtenue par l’examen parasitologique des selles et/ou l’analyse sanguine des anticorps :

  • immunoglobuline M (igM)
  • immunoglobuline G (igG)
  • immunoglobuline A (igA)

Pour la plupart de ces helminthes le cycle de ré-infestation est de 2 à 6 semaines. Il est donc important de traiter plusieurs fois. Dans le cas des oxyures, les femelles descendent pondre quelque 10 000 œufs au niveau de l’anus et suivant un rythme lunaire. Il faut donc traiter trois jours durant, la veille le jour et le lendemain des pleines lunes et nouvelles lunes, soit en gros à 15 jours d’écart et 3 x 2 = 6 jours par mois.

Les oxyures sont des mangeurs de calcium ce qui explique les troubles nerveux en symptomatologie.

Les traitements naturels

Tout d’abord une précaution : il faut traiter toute la famille en même temps, ainsi que les animaux familiers (voir avec son vétérinaire). Dans le cas des oxyures, changer les draps est vivement conseillé !

Après traitement, le nettoyage des intestins sur une journée de repos avec un sachet/dose de sulfate de magnésium aussi appelé « sel d’epsom » , dans beaucoup d’eau est conseillé. Une seule prise suffit, en raison d’un risque rénal.

  1. La soupe d’ail bouilli (2 têtes d’ail et non des gousses) accompagnée de quelques pâtes étoilées et parfumée à la sauce de soja fermentée salée. Si possible trois soirs de suite.
  2. Cina artémis 5 ch en homéo – prendre 5 granules sous la langue au coucher (durant 5 jours).
  3. Durant les 3 jours de pleine et nouvelle lune, prendre matin et midi, une goutte par Kg corporel (60 kg = 60 gouttes) dans de l’eau.

Teinture mère des trois plantes suivantes :

  • Artémisia absinthum.
  • Gentiana lutea L.
  • Cinnamomum vérum qsp un flacon de 90 ml.

Auxquelles on peut joindre les huiles essentielles suivantes :

  • H.E Ail des ours : 1ml
  • H.E Santoline : 1ml
  • H.E Saro : 1ml
  • H.E Clou girofle : 1ml

Cette préparation est à faire réaliser en pharmacies ou herboristeries.
Notons aussi l’efficacité certaine des graines de courge, et aux Laboratoires COPMED les extraits de pépins de pamplemousse et leur sirop VERMIFLUIDE® parfait pour les enfants.
En ce qui concerne les vermifuges dont l’origine est une molécule de synthèse chimique, le Fluvermal en pharmacie reste efficace. A ne pas donner aux femmes allaitantes ou enceintes.

Quelques cas particuliers à connaître

La cueillette du pissenlit en fin de période hivernale ou celle des baies sauvages en été peuvent nous exposer (surtout dans le nord et l’est de la France) à l’échinococcose alvéolaire (kyste hydatique du foie). Ce parasite est essentiellement porté par les renards et les chiens. La dissémination se fait par les urines sur les denrées comestibles. Si les cueillettes sont réalisées en pleine campagne, il est prudent de ramasser les baies assez haut dans les haies et de bien laver les pissenlits ou autres à l’eau vinaigrée.

Les douves également appelées distomes sont à l’origine des fascioloses ou distomatoses. Vers plats présents dans les près humides souvent irrigués par de petite rivière contaminent l’homme par le cresson, la mâche, le pissenlit ou autres. Ces parasites infectent les équins, les bovins et surtout les ovins. Le premier organe touché est le foie, duquel ils envahissent et bouchent les canaux biliaires. Durant les 4 à 6 premières semaines les larves migrent et peuvent atteindre tous les viscères.

La baignade dans les étangs en été peut nous exposer à la leptospirose. Cette maladie (jadis dite du rat) est due à une bactérie « Leptospira interrogans ». Elle peut atteindre tous les viscères et occasionner différents symptômes ainsi que de la fièvre. Nous savons aujourd’hui que la multiplication sur le territoire Français des myocastors ou ragondins très présents dans les étangs, augmente les risques de contagions.

Ces trois dernières infections restent très présentes en France.

Pour se procurer les différentes huiles essentielles biologiques, l’extrait de pépin de pamplemousse, ou la spécialité VERMIFLUIDE®, ainsi que pour traiter la levure Candida albicans avec CANDIBIOTIC®, voir : Laboratoires COPMED (www.copmed.fr).

Entre Dieu et Diable

Molécules et pensées ou les charmes oubliés de la vie
André Girard – Éditions Livre Actualité
La Méconnaissance est la première cause de souffrance dans la culture ayurvédique, la civilisation la plus ancienne qui dans la Connaissance de la Vie ou Ayurveda tente d’expliquer à travers la philosophie et la religion le processus de la matière et de l’énergie par la théorie des cinq éléments où l’on se réfère plus aux comportements (doshas) qu’aux tempéraments. Une autre approche est faite ici par André Girard, notre naturopathe le plus ancien et le plus éclairé de nous tous dans les enseignements qu’il nous a donnés à Lyon durant sa carrière de scientifique et de formateur très spécialisé dans la phytothérapie et la naturopathie. Avec raison il va tenter de nous séduire dans la « recherche du bonheur » en nous dictant que le bien-être passe par le savoir et permet de nous unir pour la même cause. L’évolution de la Chimie va de l’énergie des photons aux molécules de synthèse en passant par l’intelligence des êtres vivants en l’occurrence des plantes que l’on enseigne par la Biochimie et la Biologie à partir de la matière vivante jusqu’à la Physique quantique pour tenter d’expliquer l’Energie.
(18,00 e) ISBN : 9782754306218

André Girard

Naturopathe. Auteur des livres : « L’écol’energie » (Éditions Baudelaire – 2008) et « Cancer – obésité. Le poids du mensonge » (Éditions Beaurepaire – 2010).
Sur tous les sujets traités par André Girard sur son blog, possibilité de conférences/débats pour les associations sur demande :
Blog : http://lecolenergie.centerblog.net/
Courriel : andre.girard6903@orange.fr